Qu’est-ce que l’APA ?

QU’EST-CE QUE L’APA ?

soutien affectif fin de vie

Avoir un proche en perte d’autonomie et qui progressivement dépendant n’est jamais facile. Au fur et à mesure de l’évolution de la perte d’autonomie, les coûts associés à celle-ci augmente et donc, on finit fatalement par chercher des aides afin de compenser les charges. Parmi ces aides on peut citer la PCH, l’APL, l’ASH, l’assurance dépendance ou encore l’APA. Mais qu’est-ce que l’APA ? Que permet-elle de financer ? Quelle est la différence entre l’APA et la PCH ?

I – QU’EST-CE QUE L’APA ?

 

 

DÉFINITION

L’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) est une prestation financière pour les seniors à partir de 60 ans (jusqu’à plus de 95 ans) et qui sont en perte d’autonomie.

Ce sont des personnes dépendantes ayant besoin d’aide pour accomplir les actes de la vie quotidienne ou dont l’état exige une surveillance régulière.

LES FORMES DE L’APA

Il existe deux formes d’APA :

– l’APA à domicile

– l’APA en établissement

QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR OBTENIR L’APA ?

Pour en bénéficier il faut :

– Être âgé de 60 ans au minimum

– Résider en France de façon stable et régulière

– Avoir un GIR 1,2, 3 ou 4

NB : Le GIR correspond au degré de perte d’autonomie de votre proche. Il est évalué à l’aide de la grille AGGIR par le conseil départemental.

problemes=solutions

II- QUE PERMET DE FINANCER L’APA ?

L’allocation personnalisée d’autonomie à domicile facilite le paiement :

 – des prestataires d’aide à domicile : ménage, portage des repas

 – du matériel : barres d’appui, téléassistance, matériel non couvert par l’assurance maladie…

– des fournitures d’hygiène : protections anatomiques, gants, charlotte avec shampooing intégré…

– des travaux pour l’aménagement du logement : remplacement baignoire par douche à l’italienne

– l’accueil temporaire, à la journée ou avec hébergement

– les dépenses de transport

– les solutions de répit :   accueil familial, baluchonnage.

 

Remarque : la notion de domicile regroupe plusieurs solutions : personne âgée chez elle ou hébergé chez un proche, l’hébergement à titre onéreux en famille d’accueil ou une résidence service ou Ehpad de moins de 25 places

NDLR : si vous avez besoin d’une aide d’urgence. Le conseil départemental peut vous octroyer une APA d’urgence pour une durée de 2 mois en attendant l’élaboration du plan d’aide personnalisé de votre proche.

 

L’APA en établissement aide au financement du :

 

– tarif dépendance de l’établissement de votre proche. Il couvre les aides apportées à votre proche pour compenser sa perte d’autonomie. Il sert aussi à payer une partie du salaire des aides-soignants et des aides médico-psychologiques ainsi que les protections pour incontinence…

 

Remarque : les tarifs sont fixés chaque année par le président du conseil départemental, c’est ce qui explique la différence de montant d’un département à un autre.

 

Imposition

L’allocation personnalisée d’autonomie est exonérée d’impôt. Cependant, en cas d’APA à domicile, vous pouvez déclarer votre reste à charge et bénéficier du crédit d’impôt.

 

L’APA n’est pas récupérable sur la succession du bénéficiaire ni si sa situation financière s’améliore de son vivant.

 

Remarque : l’APA n’est pas cumulable avec :

– l’allocation simple d’aide sociale pour les personnes âgées

– les aides des caisses de retraite

– l’aide financière pour rémunérer une aide à domicile

– la prestation de compensation du handicap (PCH)

– la Majoration pour aide constante d’une tierce personne

– La Prestation complémentaire pour recours à tierce personne (PCRTP). Cependant, la personne qui a la PCRTP peut déposer un dossier de demande d’Apa pour pouvoir ensuite choisir entre ces 2 allocations celle qui lui convient le plus.

III – QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE L’APA ET LA PCH ?

DIFFÉRENCE N° 1 : LA DÉNOMINATION DE LA PRESTATION

La PCH (prestation de compensation du handicap) est une prestation destinée aux personnes qui ont besoin d’une aide dans la réalisation des actes de la vie quotidienne à cause d’un handicap.

L’APA (allocation personnalisée d’autonomie) est faite pour couvrir en totalité ou en partie les dépenses liées à la perte d’autonomie des seniors de plus de 60 ans 

 

DIFFÉRENCE N° 2 : L’ÂGE

Pour la PCH, il faut :

avoir moins de 60 ans lors de la première demande et avoir un  handicap qui répond aux critères d’attribution de la PCH au moment de la demande 

 

– ou avoir un handicap qui répondait avant 60 ans aux critères d’attribution de la PCH 

 

Pour l’APA

Il faut être âgé de 60 ans et plus.

 

DIFFÉRENCE N° 3 : LES REVENUS

Pour la PCH

Toutes les personnes handicapées éligibles peuvent en bénéficier, quels que soient leurs revenus.

 

Pour l’APA

Toutes les personnes âgées de 60 ans éligibles peuvent en bénéficier, quels que soient leurs revenus, mais au delà de 816,65 euros par mois (tarif 2022) , une partie des dépenses est à charge

 

DIFFÉRENCE N° 4 : LES PRESTATIONS

Pour la PCH

Les heures d’aide à domicile financées dans le cadre de la PCH ne peuvent pas servir pour la réalisation du ménage, des courses et pour l’entretien du linge

 

Pour l’APA

Les aides à domicile intervenant dans le cadre de l’APA peuvent effectuer des tâches ménagères ou les courses que vous êtes dans l’incapacité de réaliser.

 

DIFFÉRENCE N° 5 : DÉDOMMAGEMENT AIDANT FAMILIAL

 

Pour la PCH

Oui, un dédommagement  de 4,24 € (montant 2022) par heure d’aide est accordé dans le cadre du plan d’aide et identifiée comme étant apportée par l’aidant familial. Ce dédommagement est de 6,36 € pour les aidants qui stoppent ou réduisent leur temps de travail.

 

Les aidants familiaux dédommagés sont :

– le conjoint

– le concubin ou la personne avec laquelle la personne a conclu un PACS.

Jusqu’au 4e degré de la personne handicapée ou de l’autre membre du couple :

 

– l’ascendant : parents et grands-parents

– le descendant : enfants et petits-enfants

– le collatéral : frères, sœurs.

Pour l’APA

Non. Vous ne pouvez pas être dédommagé pour l’aide que vous lui apportez.

 

Alzy récapitule pour vous :

– L’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) est une prestation financière pour les seniors à partir de 60 ans (jusqu’à plus de 95 ans) et qui sont en perte d’autonomie

– Il existe une APA à domicile et une APA en établissement

– L’APA est exonérée d’impôt

Alzy-declinaison-logo

Maladie d’Alzheimer ? comment persuader son proche de faire des examens

Maladie d’Alzheimer ? Comment persuader son proche de faire des examens

soutien affectif

Votre proche a changé d’attitude depuis quelques temps, des post-it font leur apparition un peu partout dans la maison, il oublie de se rendre à ses rendez-vous, il a des difficultés à se concentrer, n’a pas pris ses médicaments, oublie parfois qui vous êtes, bref, il y a un truc qui ne tourne pas rond.

À force de rechercher des informations, vous pensez que c’est peut-être la maladie d’Alzheimer, mais voilà le hic : comment convaincre mon proche de faire des examens, car pour lui tout va très bien, ce n’est que passager et cela va passer. C’est juste de la fatigue.

Il faut noter que les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer sont fréquemment dans le déni. Au début les signes d’alerte que vous voyiez sont pour votre proche que de la fatigue, du stress ou de la surcharge mentale. Puis, la maladie évolue et votre proche il n’a même plus conscience ni de ses oublis ni de ses troubles, ce qu’on appelle médicalement : l’anosognosie. Dans un premier temps, nous analyserons les causes du refus. Puis dans un second temps, je partagerais avec vous quelques astuces.

I – QUELLES PEUVENT ÊTRE LES CAUSES DE REFUS DE VOTRE PROCHE ?

 

Cela va dépendre évidemment du caractère de votre proche alors la liste que je vais vous donner n’est pas exhaustive, mais peut-être que j’aurais fait mouche.

 

– La peur

Mettez-vous une minute dans sa peau, on vous dira qu’il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez vous et que cela peut être grave, ne feriez-vous pas tout ce qui est en votre pouvoir pour retarder ces examens ? C’est angoissant.

– Mauvaise gestion du temps

Du fait des difficultés dues aux troubles cognitifs, votre proche perd en efficacité dans ses tâches de la vie quotidienne, car elles lui prennent plus de temps. Par exemple : un rendez-vous oublié, c’est un rendez-vous à prendre à nouveau et cela change l’emploi du temps qu’il s’était fait.

– La fierté

Votre proche doit admettre sa perte d’autonomie. Lui, ou elle, qui a toujours pris soin de vous, vous a élevez, vous a conseillez, etc. Votre proche doit accepter que le rôle parent-enfant s’inverse, mais non pour lui, ou elle, ce n’est pas normal. Et puis, d’abord tout le monde a des pertes de mémoire et les gens ne vont pas chez le docteur pour cela alors pourquoi il ou elle le ferait ?

– La mise en placement

Certaines personnes pensent que s’ils ont un souci dans le ciboulot, que cela soit Alzheimer ou une autre maladie avec des troubles cognitifs, c’est la fin des haricots. Autrement dit, si leurs cerveaux ne carburent pas sans problème, on va les abandonner en maison de retraite.

– La peur du bis repetita

Si votre proche a vécu une maladie cognitive du point de vue de l’aidant notamment avec un parent proche, il peut avoir une trouille bleue d’avoir contracté la même chose et refuse d’en entendre parler.

– L’anosognosie

Fatalement avec le déni de la maladie, vous allez pouvoir constater, l’imagination de votre proche a formulé des excuses. Elle ne trouve plus ses clés, normal c’est vous qui les avez déplacées pour lui faire une mauvaise blague. Son sac a disparu, mais non c’est impossible c’est forcément l’aide à domicile qui lui a volé. On ne peut plus faire confiance à personne, selon lui ou elle.

homme qui réfléchit

II- COMMENT LE/LA CONVAINCRE DE FAIRE DES EXAMENS ?

Vous êtes le ou la seule, à connaître votre proche et pouvoir pressentir ses raisons. Vous trouverez les mots pour le convaincre, sinon essayez de suivre ses quelques astuces.

 

– Peur de la maladie et de son évolution

En premier lieu informez-vous, car dans l’imaginaire d’un senior l’évolution de la maladie d’Alzheimer est fulgurante. Pour lui si le premier jour du mois, on lui diagnostique Alzheimer, à la fin de ce même mois, il sera complètement dépendant et une charge inutile.

Expliquez-lui qu’il existe des moyens de ralentir la maladie, mais que pour cela il faut déjà faire les examens pour que cela se passe le mieux possible

Vous pouvez aussi lui ôter du stress, en lui disant qu’il ou elle a peut être raison, et que retarder un petit examen de rien du tout, c’est surtout du temps perdu pour vous deux alors que vous pourriez faire des activités chouettes ensemble.

 

– Problème de fierté

Dites à votre proche de vous prouver que c’est vous qui avez tort. Mettez-le au défi s’il a des oublis. Si vous perdez ce pari, vous cuisinerez pour lui son plat préféré, ou l’inviter au restaurant.

Et puis, d’abord si votre proche vous soutient mordicus qu’il n’y a rien, par conséquent le médecin ne trouvera rien, donc pourquoi attendre ?

 

Vous pouvez également noter « en douce » ses oublis avec la date et lui demander de vous fournir des explications sur ses oublis. Commencez par le faire sur une semaine et avant de lui demander. Bien sûr sa fierté vous répondra que ce n’est rien. Donc continuez, sur un mois et si sa fierté vous dit que ce n’est toujours rien, à part de la fatigue. Être fatigué pendant un mois c’est beaucoup, alors le docteur pourrait lui donner des vitamines.

 

– Le docteur va se fâcher

Certes, ce n’est pas très gentil, mais vous pouvez lui dire que vous allez le dire au médecin qu’il soit d’accord ou non. Parce que le docteur, son travail c’est de faire en sorte qu’on soit en bonne santé. Vous pouvez même lui dire que le docteur est déjà au courant.

Si cela ne fonctionne pas, prévenez le praticien et lorsque votre proche aura un petit rhume ou un renouvellement d’ordonnance, le médecin pourra faire un petit bilan de mémoire en lui disant que c’est la routine au même titre que la prise de tension, sa respiration ou encore la vérification de son poids.

 

– Faites jouer l’émotif

Dites à votre proche que vous l’aimez très fort et que vous voulez le garder avec vous le plus longtemps possible et que cela vous soulagerait de savoir que tout va bien. Que ne pas savoir de quoi est fait votre avenir ensemble, vous empêche de dormir et vous rend triste. Aucun parent ne rendrait triste son enfant.

Alzy récapitule pour vous :

– Les raisons de ne pas faire les examens de la pose de la maladie d’Alzheimer peuvent être multiples

– Vous connaissez votre proche mieux que qui conque et vous trouverez les mots pour le convaincre

– Faites-vous appuyez par le reste de la famille ou les amis de votre proche, car parfois le hic c’est qu’il ou elle a peur d’être faible à vos yeux.

Alzy-declinaison-logo

Quelles aides existe-t-il pour les aidants

QUELLES AIDES EXISTE-T-IL POUR LES AIDANTS ?

billets de banque

Être l’aidant d’une personne ayant la maladie d’Alzheimer exige une attention de tous les instants. La vie de l’aidant se retrouve chamboulée et elle devient souvent stressante pour ne pas dire épuisante.  En cette journée nationale des aidants, penchons-nous sur les aides existantes pouvant vous aider.

I – LES AIDES FINANCIÈRES

L’État propose plusieurs aides financières qui peuvent vous aider au quotidien.

  • L’ APA (Allocation Personnalisée d’ Autonomie)

 

Cette aide est allouée par le conseil départemental pour les personnes âgées de plus de 60 ans pour effectuer les tâches quotidiennes. Son montant dépend du degré de dépendance  (grille AGGIR), de son mode hébergement (domicile ou établissement) et de ses revenus.

Pour plus de renseignements, vous pouvez cliquer ici :

https://www.aide-sociale.fr/grille-aggir-calcul-apa/

 

  • Les aides de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV),

Elles sont attribuées en fonction des ressources et du patrimoine  aux personnes légèrement dépendantes et qui ne peuvent pas obtenir l’apa

https://www.lassuranceretraite.fr/portail-info/home/retraite/mes-demarches/demander-aide-demarche.html

 

  • Le congé proche aidant

Le congé de proche aidant vous permet de vous occuper d’une personne handicapée ou faisant l’objet d’une grave perte d’autonomie. Ce congé est accessible sous certaines conditions et sa durée est limitée.

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F16920

mobilite deambulateur

II- LES AIDES TECHNIQUES

Il existe des aides techniques qui permettent de compenser les incapacités liées à la maladie ou à un handicap. Vous pouvez également faire appel à un ergothérapeute ou psychomotricien .

L’ergothérapeute peut vous aider à adapter votre domicile. Par exemple : prévenir les chutes, régler les problèmes d’accessibilité, d’éclairage, aider à l’aménagement de la salle de bain… L’orthophoniste à éviter les fausses routes.

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :

www.soliha.fr mouvement associatif pour l’amélioration de l’habitat

www.anfe.fr : portail national des ergothérapeutes

III- LES AIDES AU RÉPIT

Tout d’abord, entendons-nous bien sûr une chose primordiale, votre rôle d’aidant est formidable, mais un bon aidant c’est aussi un aidant qui prend soin de lui. Donc nous allons aborder les solutions de répit. Personne ne vous dira que vous abandonner votre rôle. Le répit peut être une démarche d’accompagnement globale et continue.

Il peut s’organiser autour d’un accueil temporaire, d’un accueil de jour ou par la venue à domicile d’un intervenant professionnel ou d’un bénévole.

Vous pouvez faire appel :

– Au Centre Local d’Informations et de Coordination gérontologique (CLIC). Le CLIC est un centre d’accueil, de conseil et d’orientation des personnes âgées de plus de 60 ans et de leurs proches, destiné à faciliter l’accès aux droits.

https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/

– À la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH), Elle s’occupe d’accueillir et d’accompagner les personnes en situation de handicap, de moins de 60 ans, ainsi que leurs proches, pour toutes les démarches liées aux diverses situations de handicap.

Pour trouver la MDPH de son département : https://bit.ly/3wlzV1v

– Au Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) de votre ville. Pour trouver le CCAS le plus proche de chez soi, contacter votre mairie.

– Les associations d’aide et de soins à domicile peuvent intervenir au domicile des personnes malades, en situation de handicap ou de dépendance pour les accompagner dans les actes essentiels de la vie quotidienne ou pour assurer les soins requis par leur situation de santé.

https://www.servicesalapersonne.gouv.fr/beneficier-des-sap/activites-de-services-la-personne

– Consulter le site Internet du GRATH (portail de l’accueil temporaire et du relais aux aidants) : www.accueil-temporaire.com

– Des structures telles que l’ANCV (Agence Nationale des Chèques Vacances), VRF (Vacances Répit Familles), Siel Bleu, etc mettent en place des vacances de répit pour les personnes en difficulté et leurs aidants.

main qui sort de l'eau
IVET VOTRE SANTÉ LES AIDANTS, ON EN PARLE ?

Être un aidant peut aussi avoir un impact sur votre santé. Si vous  vous investissez  physiquement cela peut engendrer :

– Des problèmes de dos,

– Un sentiment de fatigue physique,

– Un sentiment d’être devenu l’aide-soignant, l’infirmier ou le kiné et d’avoir perdu le lien avec votre proche

 

Si vous n’avez plus ou peu de contacts avec le monde extérieur, il peut s’installer

– Une souffrance morale due au sentiment d’être réduit à son rôle d’aidant,

– Un sentiment d’isolement et de solitude face aux difficultés du quotidien,

– Des troubles du sommeil,

– Une altération du système immunitaire avec prédisposition aux infections (respiratoires, urinaires…).

 

Si votre entourage ne comprend pas toujours votre engagement, il peut y avoir :

– Des tensions relationnelles avec l’entourage familial, amical ou professionnel,

– Un sentiment de stress face à tout ce qu’il faut gérer chaque jour,

– Un surmenage quand la charge ressentie se fait trop forte.

 

Si vous ne parvenez plus à gérer vos émotions, vous pouvez souffrir :

– De stress,

– De dépression,

– D’hypertension,

– De douleur morale ou d’anxiété liées au sentiment de n’avoir plus de temps à consacrer à soi et/ou aux autres,

 

Ces cas vous parlent, vous pouvez dans le cadre d’une consultation annuelle avec votre médecin traitant, remplir avec lui la grille de Zarit pour l’évaluation de la souffrance des aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou apparentée. Faites-vous aider.

Alzy récapitule pour vous :  

 

– Il existe les aides financières, techniques, et les aides au répit

– Un bon aidant c’est aussi un aidant qui prend soin de lui.

Avec nous vous pourrez apprendre à communiquer grâce à la méthode Montessori et redevenir zen.Votre premier rdv est gratuit et sans engangement. 

– Une fois par an, je peux faire le point avec mon médecin traitant à l’aide de la grille de Zarit

Alzy-declinaison-logo